Projet de Pelvézy

Ci-après, vous pouvez consulter des pages qui relatent les actions passées, en cours et à venir pour la réhabilitation de la chapelle de Pelvézy, sur la commune de Saint-Geniès.

Consulter le projet dans son intégralité

 

Télécharger le projet de maison de la lauze dans la chapelle de Pelvézy

 

Télécharger une planche de photos sur la chapelle de Pelvézy


bulletin de don à télécharger ici

 

Pour plus de détails sur le projet de Pelvézy, n'hésitez pas à en faire la demande avec le formulaire de contact (barre de menu à droite).

 

Compte rendu de la fête de Pays des 10 & 11 septembre:

 

Que la fête de Pelvézy fut belle !

 

Saint Geniès, superbe village aux toits de lauze, avec ses habitants, ses associations et ses édiles qui s'activent, son marché du dimanche matin qui bouillonne, est tout entier un hymne à la vie. Il a reçu comme un don ciel une nouvelle chapelle ; un patrimoine nouveau. Mais qu'est qu’un patrimoine qui ne vit pas ?

Il fallait une Idée. Ils ont eu l'Idée.

L’Idée d’en faire une "Maison de la lauze et du patrimoine architectural local".

L'Idée  d’organiser une Fête de pays pour lancer ce projet

L’idée de faire savoir le savoir-faire des artisans du patrimoine.

L'Idée de mettre à l'honneur les témoins du passé que perpétuent d'habiles façonniers.

L'idée de mettre à l'honneur ceux qui créent le patrimoine de demain, artistes et artisans.

 

Il fallait une date, ce fut les 10 & 11 septembre.

Il fallait un site plus vaste que la chapelle. Juste à coté, un site exceptionnel avec de grands espaces. Le château de Pelvézy dont les murs d'enceinte sont comme 2 grands bras qui se tendent pour vous accueillir sera parfait ; il fut aimablement prêté.

La chapelle sera, quant à elle, consacrée au sacre de la lauze.

 

A l'extérieur des murs d'enceinte on installa quelques 90 artisans et artistes de grande qualité. Il y avait là un véritable concentré d'activités humaines : des maçons, des tailleurs de pierre, des couvreurs, des bardeliers, des bâtisseurs à pierres sèches, des ébénistes, des couteliers, des cardeurs de laine, des enlumineurs, des relieurs, des tapissiers d'ameublement, des potiers, des peintres, des restaurateurs de vitraux, des "meilleurs ouvriers" de France, exposant leur "Chef d'œuvre",….la liste n'en finirait pas.

 

Se soucier aussi du bien – être ; des stands où sont confectionnées cambes d'ouilles ou autres merveilles et crêpes. Une tombola où, pour gagner, il fallait planter des clous (artisanat quand tu nous tiens !). Ce qui ne gâche rien des survols de notre Périgord Noir ont été gagnés ainsi que de nombreux autres lots offerts par nos généreux donateurs.

 

A l'intérieur de l'enceinte ; la convivialité buvette, sandwichs, grillades, frites et autres gourmandises et les échoppes médiévales, costumes, instruments de musique….

Il y avait aussi des conférences – débats, un petit spectacle "la légende de Saint Louis" suivie d'une danse médiévale en costume.

 

Le dimanche, une transhumance depuis le bourg jusqu'au château suivie d’une une bonne centaine de marcheurs. A l'arrivée les brebis intimidées par l'ambiance s'arrêtent. La brebis de tête lève le nez et croit sentir le souffle de "Panurge", part en courant et toutes suivent.

 

Voilà, ceci est le tremplin, le promontoire, le décor. La fête, elle, a pris son envol (son essor si j'ose dire) grâce à la présence du public. Et ils sont venus nombreux les visiteurs, de tous âges, de toutes conditions, de tous horizons. Ils ont mis la vie. Ils ont, au sens propre, fait la fête. Ils ont transcendé le long et patient travail des organisateurs, des exposants, des bénévoles.

Ils ont écarquillé leurs yeux, questionné, discuté, débattu, regardé, apprécié, imaginé, contemplé, joué. Un formidable succès que cette première édition, certains sont même revenus 2 fois pour tout voir. Ils étaient plus de 7000.

 

Ce n'est qu'un début, Il reste tant à réaliser pour sauver cette chapelle (réfection de la toiture en lauzes, aménagement d'une salle de projection vidéo, réfection des enduits, la création de vitraux, d’outils pédagogiques.....)

La mairie de Saint-Geniès, les associations "Mémoire & Patrimoine du Salignacois (MPS) et  "Association de Sauvegarde du Patrimoine de Saint-Geniès" (ASPSG) remercient  tous les donateurs présents et à venir.  Vos dons peuvent revêtir la forme d'un chèque libellé à l'ordre de l'une des associations. D'intérêt général elles sont habilitées à recevoir des dons et à délivrer des reçus. Ainsi tout donateur peut récupérer 66% de son don par déduction fiscale sur ses impôts. Pour plus de précisions vous pouvez consulter le site de "memoireetpatrimoine.fr"

bulletin de don à télécharger ici

 

                                                                                             Francis REIDER (MPS)

 

L'affiche officielle de la fête de pays des 10 et 11 septembre 2016

 

Travaux des bénévoles à la chapelle le 18 juin 2016 : voir la galerie photos
 

Préparation de la fête : la légende de Saint-Louis
 

voir diaporama photos

 

Détails sur la fête de pays programmée
 

des pierres pour Pelvézy
 

Journée citoyenne pour Pelvézy

Première journée citoyenne du 23 mai 2015 relatée par Francis REIDER

 

Au petit matin ils entendirent l’appel.

Aussitôt, de tous les horizons, ils se mirent en chemin.

Seuls ou par deux ou trois ils allaient.

Ils convergèrent et leurs rangs grossirent et ils devinrent légion.

A la neuvième heure du jour, la légion était à Pelvèzy*.

Ainsi commença la journée de la Chapelle.

Les premiers se munirent de cisailles, racloirs et cueilloirs.

Les lierres cessèrent de s’accrocher aux murs.

Les fossés s’éclaircirent, se vidèrent des ronces et des herbes.

Un premier tracteur sorti dont ne sait où,

S’approcha et tendit son godet comme une sébile,

Quémandant des déchets, des gravats.

Une brouette passant par - là vint à la rescousse,

Bientôt d’autres engins profitant de l’aubaine,

Vinrent demander l’aumône,

Les bénévoles généreux leur confièrent ce qu’ils récoltaient,

Alors s’établit une noria de tracteurs mendiants.

Les seconds avaient investi l’intérieur de l’édifice,

Certains eurent tôt fait de piqueter les murs,

A coups de burins et autres marteaux enlevant la crépissure,

Entonnant quelques couplets aux accents grégoriens.

La voûte résonne encore de ces travaux des chants.

Des nuées d’araignées fuyaient, craintives, vers d’autres cachettes.

Un scarabée**, sûr de sa force, s’écarta avec superbe.

La grille vaillamment brossée par gent de chœur se sépara des outrages du temps.

D’autres, intimidés peut – être, n’osèrent franchir le seuil,

Seuil qu’ils dégagèrent avec une minutie laborieuse d’archéologues,

Faisant apparaître, après de longues heures d’effort, un pisé orné de croix.

Sous la brise un champ de millet frissonna, quand l’angélus sonna,

C’était l’heure sacrée du repas.

La scène : quelques tables dressées sur l’herbe,

Le festin, d’autorité locale, fut servi et les convives repus.

L’après – midi les vit redoublant d’efforts aux mêmes postes,

Et toujours l’incessante ronde des tracteurs quémandeurs.

Et puis tout étonnés d’avoir tant fait, ils écoutèrent la Chapelle respirer…….

Il fallut se dire adieu, la fin de jour approchant,

Ce fut le crépuscule des adieux ***!

 

Francis

 

*= l’autre légion sauta sur Kolwezi

**= Certains scarabées peuvent porter jusqu’à 800 fois leur propre poids

***= j’ai osé



Réagir


CAPTCHA


Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Rechercher sur le site

Newsletter

En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Mémoire & Patrimoine du Salignacois